français | Türkçe

connexion

Orchestre Notre Dame de Sion : Tango

22 avril 2009, 20:30

| Concert , Ouvert à tous

Tango

Chef d’Orchestre : Orçun Orçunsel

Solistes :

Piano : Zeynep Yamantürk

Bandoneon : Tanju Yıldırım

PROGRAMME

Astor PIAZZOLLA : Adios Noniño

Astor PIAZZOLLA : Milonga del angel

Astor PIAZZOLLA : Quatre saisons à Buenos Aires

Automne

Hiver

Printemps

Eté

Carlos GARDEL : Por una cabeza

Astor PIAZZOLLA : Oblivion

Astor PIAZZOLLA : Libertango

Astor PIAZZOLLA : Soledad

Gerardo Matos RODRIGUEZ : La Cumparsita

MUSICIENS

1er Violon

Rüstem Mustafayev -

Beril Sun

Kerem Berkalp

Başak Atasoy

Bahar Meriç

Begüm Çalımlı

2ème Violon

Erkan Çavdaroğlu -

Tülay Aydın Karşın

Özge Metin

Fahrettin Arda

Viole

Göknil Özkök Genç -

Öykü Koçoğlu

Ezgi İçellioğlu

Güneş Özgeç Yuğnak

Violoncelle

Çağlayan Çetin -

Jülide Alpergin

Can Kehri

Derya Kıraç

Contrebasse

Umut Sel -

Ufuk Çağlar Akman

BIOGRAPHIES

Orçun ORÇUNSEL :

Il est né à Istanbul, en 1985.
A 4 ans, il a commencé à étudier au Conservatoire de l’Université d’Istanbul, durant deux ans.

En 1994, il est rentré au Conservatoire de l’Université des Beaux-Arts Mimar Sinan (MSGÜ) et en sautant deux fois de classe, il a été diplômé, en 2004, de la classe de Zeynep Yamantürk.

En plus de ses travaux avec les compositeurs Ali Darmar et le professeur Ayşegül Sarıca, il a participé aux ateliers du pianiste et pédagogue Stephen Kovacevich, de Thomas Yee et de Hanry Faures, attirant l’attention des artistes.
Il a obtenu le prix de l’incitation au 1er Concours international de piano Ferdi Statzer-Lilly Statzer, le second prix au 7ème Concours international de piano des jeunes musiciens de l’Université de Trakya, et le troisième prix au 1er Concours international du piano Beşparmak, organisé à Chypre.

Il a attiré tout particulièrement l’attention par son approche aux oeuvres de Bach. Par ailleurs, l’artiste a adapté au piano l’oeuvre de Maurice Ravel, “La Valse-Poème chorégraphique”, recevant l’éloge d’artistes éminents du monde, tels que İdil Biret, Karl-Heinz Kammerling, Stephen Kovacevic. En dehors du piano, Orçunsel fait également des travaux de composition.

En 2007, avec l’Orchestre symphonique Dokuz Eylül d’Izmir, il a dirigé le concerto pour deux violons de Bach, le concerto pour clarinette de Mozart, le concerto Fagot de Vivaldi, et le concerto pour hautbois de Marcelle.

Il a été le chef assistant de la musicale de Leyla ile Mecnun de Yalçın Tura, mise en scène au Théâtre Muhsin Ertuğrul de la ville d’Istanbul, et a dirigé plusieurs représentations. La même année, il a travaillé avec Karl-Heinz Kammerling à l’Académie estivale de Salzbourg, grâce à une bourse accordée par la Fondation des Anciens du Lycée autrichien.

Actuellement, il est au Conservatoire de MSGÜ et suit des cours de chef d’orchestre auprès du professeur Gürer Aykal tout en dirigeant l’Orchestre Notre Dame de Sion..

Zeynep YAMANTÜRK

Née à Istanbul, elle commence le piano à 3 ans 1/2, avec Rana Erksan. Un an plus tard, elle donne son premier concert et à 6 ans, elle travaille avec Ferdi Statzer, au Conservatoire municipal d’Istanbul. A 7 ans, sur la demande de Faruk Güvenç, elle enregistre des programmes de radio-télévision.
Après le décès de Ferdi Statzer, elle poursuivit ses travaux avec le Professeur Meral Vardar. En 1980, elle remporte le concours d’entrée du Conservatoire national de l’Université Mimar Sinan, devenant l’élève du professeur Metin Öğüt. Par la suite, l’artiste continue ses travaux avec le professeur Judith Uluğ, et en 1980, elle est diplômée de la Section supérieure avec la mention Très bien.

La même année, elle commence à travailler à Vienne, avec le professeur Leonid Brumberg. En 1985, elle reçoit le 2nd prix au Concours international de piano de Doblinger, en 1986, au Concours international de piano de Bruxelles à Bösendorfer-Empire, elle obtient le grand prix du jury, et la même année encore, le 2nd prix au Concours international de piano Pegasus à Vienne.
En 1987, elle termine sa Maîtrise au Conservatoire de l’Université Mimar Sinan, sous la direction de Judith Uluğ, avec la mention Très bien. La même année,elle est invitée au Festival européen des jeunes pianistes, donne des récitals lors d’une tournée au Canada, aux Etats-Unis, au Mexique, à la Jamaïque et, en 1988, à Los Angeles.

Au Conservatoire de l’Université Mimar Sinan, toujours sous les conseils de Judith Uluğ, elle obtient la section Capacité artistique, avec la mention Très bien. L’artiste poursuit ses travaux de concert avec le compositeur Ali Darmar, İdil Biret et Ayşegül Sarıca, puis, en Autriche, avec les professeurs Greta Dichler et Joo Foniad.

Elle enseigne actuellement à l’Université Mimar Sinan.
Elle a donné de nombreux concerts avec les orchestres nationaux symphoniques d’Istanbul, d’Izmir, de Çukurova, l’orchestre municipal symphonique Cemal Reşit Rey d’Istanbul, l’orchestre de chambre de Milli Reasürans et joué sous la direction de chefs réputés, tels que Ola Rudner, Jean Bally.
L’artiste a donné de nombreux récitals à Istanbul et divers concerts en Autriche, en Allemagne, aux Etats-Unis, en Suisse et en France.

Tanju YILDIRIM

Né en Allemagne, en 1969, Tanju Yıldırım étudie l’opéra en section supérieure au Conservatoire national de l’Université d’Istanbul tout en poursuivant une maîtrise dans la section cinéma-tv de la Faculté des Beaux-Arts de l’Université de Marmara.

En 1997, découvrant le tango. Le musicien commence à travailler comme danseur de tango. Devenu en peu de temps un personnage important du Tango argentin, Yıldırım forme des élèves, organise des soirées et lance des projets variés. Il travaille alors avec l’orchestre autrichien ’’Band-O-Neon’’, d’abord comme chanteur, puis comme danseur. Il fait des tournées en Autriche et en Turquie.

Parallelement, il organise des ateliers et des spectacles dans des villes, telles que Ankara, Eskişehir, Paris, New York, Valencia, Vienne, Budapest, Salonique... Le fait qu’il s’ intéresse à plusieurs domaines artistiques et qu’il utilise ses talents de musicien et d’acteur, lui permettent d’apporter au tango un point de vue, un souffle tout à fait nouveau. Il a su réaliser des spectacles uniques au monde, en donnant à cette danse des dimensions expressives nouvelles.

Poursuivant ses travaux d’acteur, Tanju Yıldırım a joué le rôle principal dans la pièce musicale ’’Deli Dolu’’ sur la scène Cemal Reşit Rey, le rôle d’Eneas, dans l’opéra ’’Dido et Eneas’’ réalisé à Semaver Kumpanya. Il a animé le caractère de ’’Riff’’ dans la pièce musicale ’’West Side Story’’, mise en scène à l’Opéra et Ballet national d’Istanbul.

Comme lors de ses début, en Turquie, personne ne jouait le ’’Bandonéon’’ - instrument connu pour être spécifique du tango et pour la difficulté- il a appris à en jouer par lui-même !

Avec l’orchestre ’’Tangorama’’ qu’il a créé, il donne divers concerts, où il peut, d’une part, faire connaître cet instrument, et de l’autre, jouer des tangos aussi bien turcs qu’argentins. Avec sa voix, son instrument et sa danse, l’artiste continue à faire vivre le tango.

recherche


MOODLE TICE E-OKUL web-mail