français | Türkçe

connexion

Variations Glenn Gould

8 novembre 2018, 19:30

| Concert , Musique classique , Ouvert à tous

Franck CIUP, piano
Jean-Yves CLEMENT, récitant

CONCERT LITTERAIRE
Programme :
Musique : Jean-Sébastien Bach, Variations Goldberg
Textes : Glenn Gould et Jean-Yves Clément (Extraits de Glenn Gould ou le Piano de l’esprit, éd. Actes Sud)

"L’idée de ce spectacle est de rendre hommage à Glenn Gould à travers deux lectures qui s’entrecroisent comme deux voix, celle de la musique et celle de l’écriture, celle-ci se dédoublant à son tour. Ainsi, l’interprétation des Variations Goldberg de Bach par Franck Ciup au piano, l’œuvre qui a révélé Glenn Gould au monde, sera entrecoupée par la lecture de textes de Glenn Gould sur Bach, mais aussi d’écrits de Jean-Yves Clément sur Glenn Gould, choisis comme un écho à ceux-ci. Une polyphonie qui est au cœur de la musique de Bach comme elle était au cœur de la pensée de Gould."
J.-Y. Clément

Musique et textes sont donnés en alternance (1h20 sans entracte). Les textes en turc seront projetés en fond de scène.

Franck Ciup, pianiste et compositeur

Pianiste, compositeur, diplômé de l’Ecole Normale de Musique Alfred Cortot de Paris, Franck Ciup est une personnalité aux activités multiples. En 2006, il fait construire dans sa maison de Bourges un petit théâtre privé dans le style italien, le Théâtre Saint Bonnet, à l’acoustique remarquable, et crée chaque année une saison où de prestigieux musiciens viennent jouer et enregistrer : B. Chamayou, N. Lugansky, B. Engerer, F.-R. Duchâble, P. Badura-Skoda, H. Demarquette, A. Rahman El Bacha, G. Bellucci, etc. F. Ciup forme, avec Marie-Christine Barrault, marraine du Théâtre, un duo qui se produit dans de nombreux concerts littéraires. Il crée en 2013 une série « Concertopitaux » relayée par l’hôpital Jacques-Cœur de Bourges. Ses compositions sont jouées par des pianistes virtuoses tels Eric Artz, Tristan Pfaff, Etsuko Hirose, Nima Sarkechik, etc... À propos de son enregistrement des Variations Goldberg, Christian Bobin a écrit : « Cher Franck Ciup, votre attaque des Variations Goldberg est simplement inoubliable : une lenteur de neige, un paradis de silence avec une brise de cristal … »

Jean-Yves Clément, récitant

Poète, écrivain, musicien, Jean-Yves Clément est également organisateur de festivals, à Nohant chez George Sand (Festival Nohant-Chopin), à Châteauroux (Lisztomanias), à Saumur (Journées Nationales du Livre et du Vin), et à Saint-Germain-enLaye (Centenaire Le monde de Debussy, 2018). Il a été Commissaire Général de l’Année Liszt en France (2011). Il est vice-président du Passeur Éditeur, créé en 2013, maison d’édition généraliste. J.-Y. Clément est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Franz Liszt ou la Dispersion magnifique (2011), un vaste poème, Le Chant de toi (2012), un recueil d’aphorismes, De l’aube à midi (2013), La Raison des sortilèges, livre d’entretiens sur la musique avec Michel Onfray (2013), Alexandre Scriabine ou l’Ivresse des sphères (2015), Glenn Gould ou le Piano de l’esprit (Actes Sud, 2016). Il vient de faire paraître en 2017 une édition revue et augmentée de son essai Les Deux Âmes de Frédéric Chopin (Le Passeur Éditeur). Il est le récitant de ses propres textes écrits sur la musique (Variations Chopin, Nuits de l’âme (21 poèmes sur les 21 Nocturnes de Frédéric Chopin, commande de la pianiste Brigitte Engerer), commentaires sur Les Sept dernières paroles du Christ de Haydn, Via Crucis de Liszt, etc.) J.-Y. Clément est Officier des Arts et des Lettres.

En partenariat avec le lycée Notre-Dame de Sion, l’Institut français d’Ankara invite Franck Ciup et Jean-Yves Clément à Ankara pour leur concert littéraire "Variations Glenn Gould" le mercredi 7 novembre 2018.




A propos des Variations Goldberg de J.S. Bach :
« Il s’agit d’une musique qui n’observe ni commencement ni fin ; une musique sans véritable point culminant ni véritable résolution, une musique qui, à l’instar des amants de Baudelaire, repose, légère et sans entrave, sur les ailes du vent. Son unité procède d’une perception intuitive, patinée par une maîtrise rigoureuse et contemplative, et qui nous est révélée ici comme très rarement en art, dans la vision d’un dessein subconscient exultant au faîte de la puissance créatrice. »
Glenn Gould (Pochette du disque des Variations Goldberg, 1955)

A propos de Glenn Gould :

« Il y a quelque chose chez Gould qui ne vieillit pas, de l’ordre de la non-altérité, de la non-corruption, une sorte d’actualité et de rayonnement toujours aussi vivaces. Ses interprétations semblent traverser le temps par leur radicalité et leur vitalité incomparables. C’est peutêtre cela, être « moderne » : être un transgresseur des traditions éculées pour revenir aux vraies lois du texte et à sa fraîcheur, comme on dirait du Verbe divin… Lui qui ne croyait nullement au progrès dans l’art donne l’impression de rendre tout contemporain, comme si l’on écoutait ces pages pour la première fois. C’est à cette sorte de renaissance perpétuelle que l’on assiste à l’écoute de Gould, comme si l’on se retrempait à chaque fois dans la même eau lustrale. »
J.-Y. Clément, Glenn Gould ou le Piano de l’esprit, éd. Actes Sud








"L’essai souligne que le pianiste incarne la rencontre unique entre l’élévation morale, le sens de l’abstraction musicale et le goût du second degré. J.-Y. Clément offre ainsi une véritable interprétation, celle d’un Gould spirituel dans tous les sens du terme."
Etienne Anheim, Le Monde, 2016

recherche


MOODLE Réception des parents TICE E-OKUL web-mail